Les 3 clés du match : Sénégal v Algérie

Le Sénégal s'est qualifié pour la finale de la Coupe d'Afrique des Nations 2019 en battant la Tunisie (1-0) après prolongations. Les Lions de la Téranga défieront une impressionnante équipe algérienne en finale, dans un remake de leur dernière confrontation en phase de poules (victoire des Fennecs 1-0). Voici les 3 clés de ce match. Cliquez ici pour parier

 

Riyad Mahrez, v Sadio Mane

Ce mois de juillet touche à son terme, et la Coupe d’Afrique des Nations par la même occasion. Dimanche dernier avaient lieu les demi-finales, et nul doute qu’elles ont tenu toutes leurs promesses. Notamment du côté de l’Algérie qui a acquis une qualification au bout du suspense face au Nigeria. La sélection algérienne a dû attendre le temps additionnel pour obtenir son billet pour la finale face au Sénégal grâce à Riyad Mahrez, qui a marqué un sublime coup-franc pour envoyer son équipe en finale. Le capitaine de l'Algérie est déjà devenu un héros national. Il pourrait devenir encore plus que ça, à condition d'offrir aux Fennecs la Coupe d'Afrique des Nations, vendredi contre le Sénégal.

Le nouveau héros du Sénégal s’appelle « Super Mané ». Excellent cette saison avec Liverpool et vainqueur de la Ligue des champions, Mané réalise une des plus belles saisons de sa carrière. Et il pourrait encore clore cette magnifique saison avec le titre à la CAN. Comme les Lions de la Teranga, souvent favoris mais jamais titrés, l’attaquant star de 27 ans a parfois déçu. Mais leur meilleure chance d’effacer soixante années de disette sur le continent, c’est lui. Leader de l’équipe, il a conduit les siens en finale de la CAN, la deuxième du pays après 2002, avec trois buts et une passe décisive lors de la compétition.

 

L’ambition de l’Algérie v Sénégal à la recherche de la gloire              

L’Algérie a conforté sa suprématie sur le Sénégal avec un succès en phase de poule 1-0. Les Verts ne se sont jamais inclinés face aux Lions en phase finale d’une CAN. En effet, à l’aube de cette cinquième confrontation algéro-sénégalaise en phase finale d’une CAN, l’Algérie, invaincue, mène par trois succès (CAN-1990, 2015 et 2019) contre un seul match nul (CAN-2017). De bon augure donc pour les Verts, même si sur le terrain, cette finale sera une autre paire de manches, pour les joueurs de Djamel Belmadi qui devront oublier le succès du 27 juin dernier pour espérer offrir à l’Algérie sa second étoile continentale, après l’unique sacre remporté lors de la CAN-1990 sur ces terres.

Le Sénégal est connu comme un des géants du football africain. Mais la première nation africaine au classement FIFA n’a toujours pas réussi à inscrire son nom au palmarès du continent africain. Emmené par son joueur vedette, Sadio Mané, le Sénégal retrouve la dernière marche du tournoi africain 17 ans après son unique finale perdue face au Cameroun (CAN-2002 au Mali). Une belle chance pour les joueurs d’Aliou Cissé de décrocher leur premier titre continental du Sénégal.

  

Djamel Belmadi v Aliou Cissé

Homme discret, réputé méticuleux, proche de ses joueurs et ambitieux, Djamel Belmadi passe son premier test à la tête de la sélection algérienne lors de cette CAN 2019 en Égypte. Depuis son arrivée, l’équipe algérienne renaît de ses cendres. Un nouvel état d’esprit anime les joueurs algériens avec la nouvelle méthode de travail du sélectionneur de 43 ans. Aidé par ses multiples expériences au Qatar, Belmadi l’a appliquée à la talentueuse équipe des Fennecs qui n’avait besoin que d’un guide. Solide défensivement, l’Algérie se montre plus réaliste sur le plan offensif, en témoigne ses cinq victoires en six matchs disputés dans cette Coupe d’Afrique des Nations 2019.

A 43 ans, Aliou Cissé est devenu le deuxième entraîneur de l’histoire du football sénégalais à qualifier les Lions en finale de la CAN après Bruno Metsu en 2002. Très critiqué à Dakar où on lui reprochait de proposer un jeu trop défensif et de ne pas bien jouer, Aliou Cissé reste un technicien qui ne se laisse jamais marcher sur les pieds. C’est en grande partie pour ses qualités de meneur d’hommes, comme lorsqu’il était capitaine, que Cissé a été choisi pour donner plus de caractère à un groupe talentueux. Dix-sept ans après, Cissé est à nouveau en finale de la CAN, en tant que sélectionneur, une rareté sur le continent. L’ancien joueur a imposé dès son arrivée le triptyque : sérieux, discipline, et surtout rigueur au point d’être surnommé « Yaya Jammeh » (ex-dictateur gambien). L’enfant du pays, de Ziguinchor où il a vu le jour, sait plus quiconque que les finales ne se jouent pas mais se gagnent.