5 choses à suivre en finale du Championnat d'Afrique 2019

Le Sénégal va-t-il prendre sa revanche face aux Fennecs? Grosse attente autour des deux sélections. Une CAN boudée par le public. Voici les 5 choses à suivre lors de la finale de la Coupe d’Afrique des Nations 2019. Cliquez ici pour parier 

 

L'Algérie veut confirmer contre le Sénégal

Depuis 1990, l’année du leur seul sacre continental, l’Algérie espère accrocher une deuxième étoile à son palmarès. Présenter comme l’un des favoris de cette CAN, l’Algérie a pleinement assumé ce statut avec cinq victoires pour un nul lors de leurs six matchs disputés dans la compétition. Une performance qui permet aux hommes de Belmadi d’être à une marche de concrétiser ce souhait tant attendu par tout un peuple, vingt-neuf ans après le sacre d’Alger… Les Verts y retrouveront le Sénégal, le 19 juillet, un adversaire qu’ils avaient dominé au premier tour (1-0). L’Algérie a offert un football offensif, cohérent, rendu viable grâce à une bonne assise défensive.

Le Sénégal va-t-il prendre sa revanche face aux Fennecs?

En finale, le Sénégal affrontera l’Algérie dans ce qui pourrait être une revanche pour le Sénégal qui s’est incliné face aux même Fennecs lors des phases de poule. Les deux équipes ont croisé le fer à quatre reprises durant la phase finale. Le Sénégal a perdu 2-3 et a fait un nul, la dernière défaite remonte à la phase de groupe de cette édition 2019. On sent quand même que le Sénégal est plus fort, grâce à certaines de ses individualités. Cette équipe monte en puissance. Sans faire de grosses performances, elle passe. C’est solide (un but encaissé), et il y a des joueurs comme Mané ou Sarr qui peuvent faire la différence à tout moment face à la formation de Djamel Belmadi.

 

Les Deux Equipes Marquent Non

Les rencontres entre le Sénégal et l’Algérie sont souvent faibles en buts. Ces deux pays ont été extrêmement compétitifs lors de leur parcours dans cette CAN 2019 grâce en partie à leur solidité défensive. Quatre des six dernières rencontres entre les deux équipes ont vu une seule équipe trouver le chemin des filets. On peut s’attendre à un scénario similaire dans ce choc. En effet, quatre des cinq derniers matchs du Sénégal et trois des cinq dernières rencontres des Fennecs ont vu une seule équipe marquer.

 

L’attente autour des deux équipes

Tous les regards seront rivés sur le stade international du Caire lorsque le Sénégal et l'Algérie s'affronteront dans la finale de la CAN 2019. Au terme d’une demi-finale arrachée au bout du suspense face au Nigeria (2-1), l’Algérie a gagné le droit de disputer sa troisième finale de CAN, la première depuis le sacre de 1990. Les Verts y retrouveront le Sénégal pour un choc de gala. Les Lions de la Teranga eux disputeront la finale pour la deuxième fois seulement de leur histoire, après celle perdue en 2002. Une pression énorme sera présente sur les épaules des joueurs des deux équipes. D’un côté l’attente d’un premier sacre de l’autre celle d’un second.

 

Faible assistance

À l'exception des matchs de l'Egypte, le pays hôte, les affiches de la Coupe d'Afrique des nations se tiennent devant des affluences dérisoires. Un mal récurrent pour cette compétition. Depuis l'ouverture du tournoi le 21 juin, la majorité des rencontres se sont tenues devant moins de 10 000 spectateurs. Le taux de remplissage des stades pour les CAN se situe en général bien en dessous de 50%. Plusieurs raisons conjoncturelles expliquent l'absence du public en Egypte. Le prix des billets jugés prohibitifs, allant de 100 à 500 livres égyptiennes (27 euros). La grille tarifaire avait provoqué la colère des supporters locaux et étrangers. Le spectre des tensions sécuritaires et la haute surveillance policière n'autorisent aucun écart de conduite. Enfin l'attribution très tardive du tournoi à l'Egypte, en janvier dernier, n'a pas facilité l'accueil des supporters étrangers. On a eu droit à de beaux matchs et de jolies surprises dans cette CAN 2019. Mais hélas, le public est absent des stades. Dommage pour l’ambiance. Comment en est-on arrivé là dans un pays où le foot est une religion ?