5 choses à retenir des demi-finales du Championnat d'Afrique 2019

L’Algérie a confirmé son statut de meilleure équipe de cette Coupe d’Afrique des Nations 2019. La Tunisie peut avoir des regrets. Riyad Mahrez le héros algérien. Voici les 5 choses à retenir de ces demi-finales de la CAN 2019. Cliquez ici pour parier  

 

L'Algérie prouve qu'elle est la meilleure équipe du tournoi

Pour la première fois depuis 29 ans, l'Algérie va participer à une finale de CAN ! Dans une compétition assez maitrisée où ils ont surclassé leurs adversaires, les Fennecs ont vaincu. Premiers de leur poule devant le Sénégal, les hommes de Belmadi ont sèchement battu la Guinée 3-0 en huitièmes avant de tomber sur un os. En effet face à la Côte d’ivoire, l’Algérie a connu l’un des matchs les plus épiques de son tournoi et a dû passer par les tirs aux buts pour retrouver les demi-finales. Face au Nigéria, qui n’a jamais su prendre son envol, dans un match moins intense que celui de la Côte d'Ivoire, les Algériens ont dominé la première mi-temps, Mahrez centrant pour un but contre son camp de Ekong à la 40ème avant de porter l’estocade sur coup franc à la 95ème minute qualifiant ainsi ses couleurs pour la finale. Une première depuis 1990, l’année où les Fennecs avaient remporté sur leurs terres leur seul tournoi. Ils retrouveront le Sénégal pour la finale, vendredi 19 juillet, à 21 heures, au stade international du Caire. Dans cette CAN 2019, en six matchs, les Fennecs ont impressionné : douze buts marqués, deux encaissés.

 

Occasion manquée pour la Tunisie

Bien qu’ayant débuté la compétition de façon timide avec trois matchs nuls en phase de poule, la Tunisie passait entre les mailles du filet pour se hisser en demi-finale de la compétition. Les Aigles de Carthage ont connu quelques soubresauts en interne, ces dernières semaines. Ils ont sorti le Ghana aux tirs aux buts avant de faire forte impression contre Madagascar (3-0). En demi-finale, la Tunisie défiait le Sénégal. Dans un match plutôt timide en première période, la Tunisie prenait le match en main en seconde période. Les joueurs d’Alain Giresse, toujours bien organisés, exploitaient les espaces laissés par les hommes d’Aliou Cissé. Cette domination se concrétisait par un penalty que Sassi manquait. En prolongation, le Sénégal ouvrait le score sur un but contre son camp de Bronn. Finalement, c’est sur un coup du sort que les Tunisiens auraient pu revenir dans la partie. Sur une tête anodine de Saivet, le ballon retombait sur la main d’Idrissa Gueye, Bamlak Tessema indiquait le point de penalty mais après consultation du VAR, l’arbitre se ravisait. Les Tunisiens pourront avoir des regrets puisqu'ils ont eu de nombreuses occasions dont un penalty manqué dans le temps réglementaire.

 

Riyad Mahrez héros algérien

Le jour de gloire est enfin arrivé en sélection pour la pépite algérienne, Riyad Mahrez. Dans une demi-finale assez compliquée face au Nigéria, le meneur de jeu de Manchester City a su tirer son épingle du jeu et montrer son talent et son efficacité. A la 40ème minute, le capitaine s’infiltrait sur le côté droit de la surface des Nigérians avant de centrer ; le tir doublement contré rebondissait sur le malheureux défenseur William Troost-Ekong et le cuir finissait sa course dans les filets de son gardien. Les Super Eagles égalisaient à la 72ème minute par l’entremise d’Odion Ighalo sur pénalty, suite à une main d’Aissa Mandi dans la surface de réparation signalée par la VAR. La 95ème minute fut le moment choisi par Riyad Mahrez pour éclabousser le match de son talent. Sur un coup-franc XXL, le meneur de jeu algérien a permis à sa sélection de s’imposer au finish contre le Nigeria 2-1. Il est le héros de tout un pays. En marquant le but de la qualification, Mahrez a fait le bonheur de millions d’Algériens à travers le monde.

 

Les sélectionneurs locaux prouvent leur valeur

Nommé en août 2018, Djamel Belmadi, le sélectionneur de l’Algérie, a su redonner une âme à cette équipe qui accumulait les mauvais résultats depuis cinq ans. Belmadi ne faisait pas l’unanimité auprès de la presse locale. Pourtant, l’ancien milieu offensif de l’Olympique de Marseille (2000-2003) a rapidement fait ses preuves à la tête de la sélection algérienne. Depuis sa nomination, son groupe n’a concédé qu’une seule défaite, face au Bénin en Octobre 2018 (1-0). Dans cette CAN 2019, en six matchs, les Fennecs ont impressionné : douze buts marqués, deux encaissés. Ils reviennent de loin… Six entraîneurs se sont succédé en quatre ans. Il a fallu l’arrivée de Djamel Belmadi, en août, pour que l’Algérie retrouve son âme, celle d’une équipe au jeu technique et séduisant.

Plus critiqué qu'adulé, la faute, principalement, à un fonds de jeu au rabais, Aliou Cissé apparaît pourtant aujourd’hui comme le porteur de l’espoir de tout un peuple qui attend ce premier titre historique. Les hommes d’Aliou Cissé ont marché sur leur groupe de qualification à la CAN 2019 (cinq victoires, un nul, douze buts inscrits et deux petits buts concédés, ce qui a fait du Sénégal la meilleure défense des éliminatoires). Des résultats qui ont fait d’eux la première nation africaine au classement FIFA. Ils sont aujourd'hui en finale de la compétition pour la première fois en huit éditions.

Face au Sénégal, vendredi (21h) au Stade international du Caire, Djamel Belmadi sera opposé à son homologue et "ami" Aliou Cissé. La finale opposera donc deux sélectionneurs locaux, un détail que le patron des Fennecs a voulu relever: "C'est extraordinaire. C'est un bon message qu'on envoie à nos responsables du football en Afrique".

 

La course au Golden Boot

Grâce à son pénalty transformé face à l’Algérie en demi-finale qui lui vaut le titre de meilleur buteur de cette Coupe d’Afrique des Nations 2019, avec quatre réalisations jusqu'ici. Il aura l’occasion d’accentuer son avance lors face à la Tunisie lors du match pour la troisième place. Juste derrière, Ounas qui n'a disputé que 90 minutes durant la CAN, ex aequo avec Sadio Mané, et Riyad Mahrez avec trois réalisations. Ces joueurs sont toujours engagés dans la compétition et peuvent toujours ravir le titre de Soulier d’or de cette édition de la CAN.