Le Kenya reste optimiste pour le reste de la compétition

Le Kenya, bien qu’ayant perdu deux matchs sur les trois disputés, espère toujours se qualifier pour les huitièmes de finale de cette Coupe d’Afrique des Nations 2019, mais devra patienter et attendre le résultat des autres équipes pour connaitre son avenir. Cliquez ici pour parier

 

Le Kenya avait toujours l’espoir de se qualifier avant d’affronter le Sénégal. Un nul aurait suffi au bonheur des Harambee Stars. Mais ils se sont lourdement inclinés 3-0 face aux Lions de la Téranga et devront espérer un faux pas des autres équipes pour prétendre participer au tour suivant. Une partie qui a été difficile pour les Kenyans, mais l’arrêt du gardien Patrick Matasi avait donné un brin d’espoir à la troupe de Sébastien Migné.

Les Kenyans n’avaient plus participé à la CAN depuis 2004, soit 15 années de disette. Cette qualification pour ce tournoi était perçue comme un exploit énorme pour les Africains de l’Est et un véritable témoignage des bénéfices qu’offrent la patience et une bonne gestion, qui ont radicalement changé la fortune d’un pays.

Après le passage de plusieurs sélectionneurs tels que Okumbi, Adel Amrouche ou l'Ecossais Bobby Williamson, la Fédération de football du Kenya (FKF) a décidé de miser sur le Français Sébastien Migné. En effet, le Français a mené le Kenya à sa première phase finale de la CAN depuis 15 ans. Il a créé un environnement positif et gagnant dans lequel les joueurs peuvent s'exprimer. En partie grâce au soutien des supporters et de la fédération.

La moyenne d’âge de l’équipe du Kenya est de 26 ans. Le leadership et l’expérience de Victor Wanyama et de Patrick Matasi seront déterminants pour la croissance de cette équipe. Michael Olunga a démontré qu'il pouvait être l’attaquant prolifique qu’attendait tant les Harambee. Brian Mandela et sa qualité en matière de défense ont été d’une grande aide

Vous pouvez dire que l’inexpérience est l’une des choses qui a conduit à un tournoi décevant pour le Kenya. Migné a peut-être l'expérience, mais certains joueurs ne sont pas encore à ce stade. Néanmoins, ils ont montré qu’avec le temps, ils pouvaient rivaliser avec les autres grandes nations du continent. Le Kenya pourrait toujours figurer parmi les quatre meilleures équipes en troisième position, en fonction de la manière dont évolueront les choses dans les groupes E et F.